« Le bien et le mal qui sont dans la nature humaine,
Le bonheur et le malheur que nous garde le destin …
N’en accuse pas le ciel, car, au point de vue de la sagesse,
Ce ciel est mille fois plus impuissant que toi.
»

Omar Khayyâm
Robâiyât : Les quatrains du sage Omar Khayyâm de Nichâpour et de ses épigones

Wiki

Bas-relief en hauteur !

À la découverte de l’Iran – 2018 © Daniel Schipper – Foto Astrid Labonne
Naqsh-e Rostam, site archéologique près de Persépolis.

4 réponses à 19 décembre 2018

  • avatar

    Bonjour Daniel. 1⃣ Belle citation du jour, à méditer, bien illustrée par la photo 🤳 📸.

  • avatar

    La terre 🌏 est ronde ! Je te transmet, avec mon amitié indéfectible, les chaleureuses félicitations du Monde, le quotidien, rue Ernest Blanqui, pour la qualité de ton site. Le Seikyo Shinbung, a des relations de presse 📰 avec Le Monde depuis 45 ans. Cela provient de la Bellogravure, l’ancêtre du 📠….

  • avatar

    L’ingénieur Berlin finit par mettre au point au début des années 1930 une valise 💼 belinographe pesant 17 k à l’aide de laquelle tout reporter est censé pouvoir transmettre des clichés d’une certaine qualité. SOURCE :La photographie du daguerréotype au numérique. Auteur :Quentin Bajac, directeur photo du Centre Pompidou, éd :Gallimard. Ce système ne prit fin que vers 1988, avec le développement du 📠, d’où des alliences entre les groupes de presse 📰 pour développer les films, faire 1⃣ sélection rapide, puis des tirages envoyés par la machine à l’autre bout du monde à la vitesse de la lumière. En noir et blanc seulement et en faible définition et qualité d’image. Par exemple :à Trets, les photographes du Seikyo allaient à Marseille, au Provençal, pour développement tirages et envoi 📤. À Paris, le Monde et l’agence France Presse 📰 avaient la même fonction. Bref :aussi long, je ne le ferai pas tous les jours.!!!!

    • avatar

      Et oui, c’était une autre époque. Maintenant avec WhatsApp tu envoies une photo de 15 Mo en quelques secondes à l’autre bout de la planète. La preuve avec ces photos de l’Iran qu’Astrid nous envoyait tous les soirs !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *